CGTT - الكنفدرالية العامة التونسية للشغل
نقابة المستقبل المواطنة

Manifeste de la Fête Mondiale du Travail

0 67

احصل على تحديثات في الوقت الفعلي مباشرة على جهازك ، اشترك الآن.

Les travailleurs et les travailleuses en Tunisie et partout ailleurs dans le monde, commémorent pour la 121ème fois, la  Fête Mondiale du Travail, symbole du sacrifice et du combat contre toutes les formes d’exploitation, d’oppression et d’exclusion, pour la libération, l’affranchissement et la réalisation de plus amples acquis sociaux.Le mouvement syndical fête partout dans le monde cette journée avec la dignité qui sied à cette commémoration dans un contexte de profondes mutations.

Les organisations nationales, régionales, internationales,doivent s’adapter aux transformations rapides, profondes, touchant tous les secteurs, pour pouvoir répondre aux besoins du monde du travail, qui lui aussi, a évolué, sous la pression environnante. Ces organisations doivent adapter leurs politiques, leurs stratégies et leurs structures organisationnelles, pour faire face aux défis du nouvel environnement et à la mondialisation économique qui, avec sa vision néo-libérale, privilégie la rentabilité économique au détriment du développement social et humain.Parmi les aspects négatifs de cette mondialisation néo-libérale, la privatisation, l’abandon du rôle régulateur de l’Etat, le développement fulgurant du secteur informel, l’apparition et l’extention de l’emploi précaire, l’élargissement des disparités sociales, l’augmentation de la pauvreté, de la délinquance et de la corruption.

En Tunisie, tous les secteurs de la vie économique ont subi le choc de ces transformations à travers le Programme d’Ajustement structurel (PAS) depuis 1986, la signature de l’accord du GATT en 1994 et  la signature de l’accord de Partenariat avec l’Union Européenne en 1995 instituant une zone de libre échange pour une période de douze ans. Tout ceci a eu pour conséquences, le passage d’une économie ” dirigée ” à une économie de ” marché “.

La Tunisie a adhéré ainsi au libéralisme économique, posant ainsi les fondements de son économie sur le secteur privé, au lieu du public, provocant par la même d’énormes transformations, y compris dans les relations de travail. Notre pays doit faire face aujourd’hui à un ensemble de défis économiques et sociaux, dans un monde caractérisé par la férocité de la concurrence, l’augmentation du chômage, surtout chez les jeunes diplômés du supérieur. Le devoir national exige de trouver des solutions pour créer des emplois décents, réaliser le plein emploi, le développement harmonieux de l’économie, et la redistribution juste et équitable des fruits de la production nationale, en y associant l’ensemble des acteurs sociaux.

Pour faire face à cette situation et réaliser les objectifs visés, il est essentiel de croire fermement à la légitimité du mouvement syndical en tant que  représentant des salariés à travers ses engagements, ses principes, ses objectifs.C’est dans cet esprit qu’il faut inscrire notre initiative de fondation d’une nouvelle organisation syndicale autre Tunisienne, la CGTT, riche de l’expérience du mouvement syndical en Tunisie, dans ses différentes étapes, et de ses symboles ( M’Hamed Ali, Tahar Haddad, Belgacem Gnaoui, Farhat Hached). Cette initiative insiste sur :

  • Le lien pertinent entre les objectifs sociaux, nationaux et internationaux du mouvement syndical, et le refus de confondre l’action syndicale avec l’action politique, tout en étant conscient de la relation dialectique qui existe entre ces deux espaces.
  • La défense des droits fondamentaux  des travailleurs et de tous les droits syndicaux inclus dans les accordset les conventions internationaux de l’OIT, ainsi que le droit d’être partie prenante dans toutes les transformations sociales. 
  • La solidarité avec les luttes des travailleurs en Tunisie pour la réalisation de leurs droits légitimes.
  • La Participation à l’émergence d’une société développée où la citoyenneté et les droits  humains sont garantis, pour réaliser l’égalité hommes-femmes et exclure tout sexisme. Une société qui se base sur la participation effective de tous pour promouvoir la vie politique, le multipartisme dans un Etat de droit, avec une séparation du pouvoir politique et du pouvoir judiciaire, pour garantir dans les faits l’indépendance de la justice. La transparence, le respect de l’autonomie des organisations, l’encouragement de la société du savoir, l’intégration du pays dans son environnement maghrébin, arabe, africain, méditerranéen, l’ouverture sur le monde, doivent être les principes fondateurs de cette société.

Il est évident que la CGTT milite également pour d’autres objectifs :

  • Participer activement à la construction de l’édifice maghrébin et insister sur l’aspect social de cette union ( droits politiques, cohésion sociale, appliquer les mêmes normes du travail,etc)
  • La solidarité et la complémentarité avec le monde arabe et africain, l’appui à la lutte du peuple palestinien pour l’indépendance, la liberté et le droit à l’autodétermination.
  • La solidarité avec le peuple irakien, contre l’occupation étrangère et contre les luttes intercommunautaires
  • Le combat pour le droit des peuples à l’autodétermination, le refus de toute forme de colonialisme et d’exploitation,  pour un monde meilleur fondé par  la solidarité syndicale internationale, la coopération avec les ONG et les mouvements sociaux,  pour la mondialisation des droits du travail, des droits sociaux, la démocratisation des institutions internationales, pour le respect du droit international et le renforcement des aspirations des peuples pour la paix, la justice, et la liberté.

A l’occasion de la Fête Mondiale du Travail, la CGTT présente ses meilleurs vœux à l’ensemble des travailleuses et travailleurs en Tunisie et à  partout dans le  monde.

Notre existence en tant qu’organisation syndicale, autre et différente, aux côtés de l’UGTT, est une fierté pour le mouvement syndical tunisien, ses cadres, ses militants.

La pluralité des organisations syndicales aujourd’hui en Tunisie garantie le droit des travailleurs à adhérer au syndicat de leur choix, qui convient le mieux à leurs intérêts  et à leurs aspirations.

Pour nous, la pluralité syndicale est une pratique réelle, une différence dans les faits, une coexistence fructueuse, fondatrice de nouvelles traditions, une culture du dialogue civile et social, et une expression libre individuelle et collective.
La dialectique de l’unité, de la lutte, et de la coopération est un aspect de la modernité qui pousse le pays à éradiquer la pensée traditionnelle et les méthodes d’exclusion qui provoquent la sclérose.

Ainsi, notre existence dans l’espace syndical tunisien est le résultat de la maturité du mouvement syndical tunisien et de l’expérience de ses militantes et militant.

Nous saisisons cette occasion pour renouveler notre volonté de construire notre nouvelle organisation, autre, pour la dignité des droits des travailleurs tunisiens, en tenant compte de l’ensemble des profondes mutations qui affectent  notre pays et son environnement régional et international. Nous renouvelons notre engagement d’introduire des méthodes d’action modernes,d’innover  de nouvelles structures syndicales, de promouvoir le progrès social, en associant à cela l’ensemble des travailleurs, toutes catégories confondues, les femmes et les jeunes en particulier.

Que vivent les travailleurs tunisiens,
Vive la CGTT

Tunis le 1er  Mai 2007

احصل على تحديثات في الوقت الفعلي مباشرة على جهازك ، اشترك الآن.

اترك رد

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.